Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Torrey Pines

L’équipe canadienne de saut d’obstacles prend la troisième place de la Coupe des nations de La Baule en France

La Baule (France) - L’équipe canadienne de saut d’obstacles s’est emparée de la troisième place de la Coupe des nations CSIO5* du Jumping International de La Baule, une épreuve à 250 000 € tenue le vendredi 6 mai à La Baule (France).

L’équipe canadienne, composée des athlètes olympiques Yann Candele, Tiffany Foster, Amy Millar et Beth Underhill, a rejoint sept autres pays dans le stade François André à l’occasion de la 61e édition du grand concours de saut d’obstacles français. Elle était menée par Eric Lamaze, champion olympique de 2008, qui endossait son rôle de chef d’équipe pour une troisième fois.

La première manche s’est avérée fructueuse pour le Canada, qui a mené la danse avec la Belgique avec seulement quatre fautes. La France, l’Italie et la Suisse suivaient de près avec huit fautes chacune, ce qui laissait présager une deuxième manche des plus déterminantes.

Yann Candele, un athlète de 51 ans d’Orangeville (Ontario), était le premier partant de l’équipe canadienne. Cette épreuve cinq-étoiles représentait un grand défi pour le cavalier, qui s’était lié à sa monture Farezzo (Arezzo VDL x Van Gogh) seulement quelques jours auparavant. À l’occasion de leurs débuts au niveau international, le cavalier et le hongre warmblood néerlandais de 12 ans ont concédé 8 et 12 points. Les deux résultats n’ont pas été conservés au classement.

Tiffany Foster, une cavalière de 37 ans de Langley (Colombie-Britannique), a quant à elle livré une performance parfaite lors de la première manche sur la selle de Figor (Querly-Elvis x Indoctro), un hongre warmblood néerlandais bai de 12 ans qu’elle possède en copropriété avec Artisan Farms LLC (propriété de Andy et Carlene Ziegler). La deuxième manche s’est avérée plus ardue pour le couple, qui n’a su garder les barres intactes aux combinaisons double et triple (8 fautes).

Beth Underhill a été la troisième à entrer en piste pour le Canada. L’athlète de 59 ans de Mulmer (Ontario) était aux rênes de Dieu Merci van T&L (Toulon x Corrado I), une ancienne monture d’Eric Lamaze appartenant à Rein Family LLC et Torrey Pines Stable Inc. La cavalière et l’étalon Belgian Sport Horse de 13 ans ont survolé le parcours du concepteur français Gregory Bodo avec perfection à deux reprises, devenant ainsi l’un des trois couples de l’événement à avoir réalisé un double sans-faute. Cet exploit a été répété par le duo belge composé de Gregory Wathelet et Nevados S, qui ont participé aux Jeux olympiques de Tokyo, ainsi que l’Italien Antonio Maria Garofalo et sa monture Conquestador.

« Je suis enchantée! » a déclaré Beth Underhill. « Le cheval a tellement bien sauté, il était spectaculaire. Je ne le connaissais pas très bien et il s’agissait de notre première Coupe des nations ensemble. Nous n’avions que quelques épreuves en poche, mais je me sentais confiante. Eric le connaît très bien, car il l’a lui-même monté. Il m’a donc aidée à établir un partenariat avec lui. Je pense qu’il a encore mieux sauté durant la deuxième manche. Il m’a tout donné. »

« Je suis très reconnaissante envers Eric, qui a cru en moi. Je le remercie, ainsi que la famille Rein, pour m’avoir offert cette opportunité », a ajouté la cavalière. « Participer à ce concours et se mesurer à des couples de ce calibre est une expérience d’un tout autre niveau. C’était merveilleux et le travail d’équipe était fantastique sur tous les points. Notre équipe est très solidaire. Cela augure bien pour l’avenir. »

C’est un membre de la famille Millar qui a pris le dernier départ pour le Canada. Amy Millar a suivi les traces de son père Ian Millar, un athlète ayant participé à dix Jeux olympiques, sur le dos de Truman (Mylord Carthago x Kolibri), le hongre selle français de 13 ans de Millar Brooke Farm Ltd. et Overlund. Âgée de 45 ans, la cavalière de Perth (Ontario) a délogé une barre au neuvième obstacle de la première manche (4 fautes), mais a signé un sans-faute en deuxième ronde.

Les huit fautes de Tiffany Foster ainsi que les quatre fautes d’Amy Millar ont permis à l’unifolié de clore l’événement avec un total de 12 fautes. La France en a cumulé le même nombre, mais s’est offert la deuxième place grâce à un chronomètre plus rapide (211,13 secondes) que le Canada (217,12 secondes).

C’est la Belgique qui s’est emparée de la victoire avec huit fautes, devant la France et le Canada. La Suisse, ancienne championne en titre, s’est vue octroyer la quatrième place après avoir établi un meilleur temps que l’Italie (cinquième place). Toutes deux affichaient 16 fautes. L’Allemagne a quant à elle pris la sixième position (17 fautes), suivie du Brésil (21 fautes) et de la Suisse (28 fautes).

« Ce sont tous des athlètes fabuleux. Leurs performances d’aujourd’hui étaient incroyables », a déclaré Eric Lamaze au sujet des membres de l’équipe canadienne. « Yann montait un nouveau cheval, ce qui n’était pas évident. Ils feront mieux la prochaine fois. Beth a été splendide; je n’aurais sans doute pas pu faire mieux. Elle est une cavalière de calibre mondial et je suis ravi qu’elle ait pu montrer son talent. Ç’a été un grand plaisir de travailler avec toute l’équipe. Tous les membres étaient préparés et prêts à se mettre au boulot. Nous étions à égalité en deuxième place pour les fautes à l’un des plus grands concours du monde et avec huit équipes incroyables. Nous avons prouvé que nous méritons d’être ici. »

Eric Lamaze était un favori des foules sur le site français durant sa carrière en compétition. Il détient une grande expérience à La Baule, ayant remporté le Grand Prix de l’événement à deux reprises, soit une fois sur le grand Hickstead (2011) et une fois sur Powerplay (2014).

« En entrant dans la carrière pour la parade, je me suis senti émotif. Je tenais le drapeau canadien et la foule encourageait notre équipe et criait mon nom », a dit le chef d’équipe, qui a récemment pris sa retraite de la compétition. « Je me demandais si mon nouveau rôle me permettrait quand même de me sentir inclus dans l’événement. Je réalise que j’ai bien plus de responsabilités aujourd’hui en tant que chef d’équipe que lorsque j’étais à cheval. C’est un rôle important et je suis maintenant responsable de quatre personnes. Je suis devenu le chef d’orchestre. »

« Les performances de nos cavaliers étaient incroyables et ont permis au Canada de reprendre sa place sur la scène internationale », a ajouté M. Lamaze. « Notre esprit d’équipe est plus grand que jamais et cela vaut beaucoup. Tout le monde s’entraide et se respecte. C’est ce qui compte vraiment. L’histoire du Canada va être transformée. L’avenir nous appartient et nous sommes prêts! »

Le CSIO5* de La Baule se poursuivra le dimanche 8 mai avec le Grand Prix Rolex à 500 000 €. Pour en savoir plus sur l’événement et voir tous les résultats, veuillez visiter le site Web www.labaule-cheval.com.

L’équipe canadienne de saut d’obstacles s’apprête maintenant à participer à la Coupe des nations à 220 000 € de Rome, qui aura lieu le vendredi 27 mai à 8 h 30 (HE). Les pays invités sont la Belgique, le Canada, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas et les États-Unis.

PHOTO:
Le personnel de soutien de l’équipe canadienne de saut d’obstacles célèbre le parcours sans-faute de Beth Underhill. De gauche à droite : Karen Hendry-Ouellette, Tiffany Foster, Tim Wilks, Eric Lamaze, Clémence Resseguier et David Marion.
Source : Pierre Costabadie/Scoopdyga.com

Beth UNDERHILL of Canada riding DIEU MERCI VAN T & L Le personnel de soutien de l’équipe canadienne de saut d’obstacles célèbre le parcours sans-faute de Beth Underhill. De gauche à droite : Karen Hendry-Ouellette, Tiffany Foster, Tim Wilks, Eric Lamaze, Clémence Resseguier et David Marion. Source : Pierre Costabadie/Scoopdyga.com

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.